Google Yahoo

Dernières pages

Fernando de Noronha - fév 2010

  Fernando de Noronha

30 janvier 2010

Départ pour Fernando de Noronha

La météo nous annonce un vent musclé pour rejoindre l’archipel, Tam prévoyante se prépare au pire et ingurgite bon nombres de pastilles, nous essayons de rendre le voyage le plus

Fernanado de Noronha preparationconfortable possible, prenons 2 ris et 3 tours dans le gênois, nous filons à belle vitesse 7,5 nœuds au prés bon plein mais la houle importante aura raison de nôtre équipière qui malgré ses médicaments est verte .Dur le baptême nous compatissons !!! 

 

 1er au 4 février 2010

Belle impression de l’île falaises escarpées, gros rouleaux, cris des oiseaux , dégradés de turquoises et d’émeraudes. 7h du matin le 1er février nous mouillons avec 65m de chaîne et 16m de fond. La couleur de l’eau est sublime ,nous ne résistons pas et prenons un délicieux bain.

Brève description de Fernando de Noronha

(source Unesco )

Les sommets de la dorsale sous-marine de l’Atlantique Sud forment l’archipel de Fernando de Noronha et l’atoll das Rocas, au large des côtes brésiliennes. Ils représentent une grande partie de la superficie insulaire de l’Atlantique Sud et leurs eaux fécondes constituent des lieux de reproduction et de subsistance extrêmement importants pour les thons, requins, tortues et mammifères marins. Ces îles abritent la plus grande concentration d’oiseaux marins tropicaux de l’océan Atlantique Ouest. La baie de Golfinhos accueille une population exceptionnelle de dauphins résidents et, à marée basse, l’atoll das Rocas offre un paysage spectaculaire de lagons et de bassins de marée grouillants de poissons.

 

  Visite de l’ile en buggy avec Edith et Denis du bateau Harmonie

Les plages sont paradisiaques nous descendons à l’une d’elle. Dans la roche creusée à la verticale une étroite échelle nous amène sur un beau sable doré inutile de dire que l’endroit est presque désert, la difficulté d’accès en décourage plus d’un.

Armés de nos PMT nous allons explorer le récif, nous ne voyons pas le temps passer. Nous avançons gentiment vers la rive quand soudain nous réalisons, que la marée à changé et que de très gros rouleaux se sont formés, nous sommes conscients que l’on va se faire castagner.

Chacun de son côté essaiera de rejoindre la plage sans trop de dégâts Tam s’en sors bien ,nous’ évaluons mal la masse d’eau qui nous arrive dessus et prenons la vague un peu tard ,cela ne pardonne pas nous sommes plaqués et traînés au sol sur une dizaine de mètres en plus on se marre ,donc nous buvons la tasse , avec l’impression d’avoir les reins cassés, je me retrouve dans 50 cm d’eau sans masque , juste avec l’embout en bouche et un tuba qui se révèle ne pas être le mien mais celui de José .Nous arpentons la zone pour essayer de trouver notre matériel , en vain.

J’observe un gars qui se tient dans l’eau après les brisants et le vois ressortir tenant dans sa main un masque de plongée, je vais vers lui mais ce n’est pas le mien ! Après discussion il se révèle être le champion d’Europe de chasse en apnée il m’explique un phénomène surprenant et m’assure que mon masque est au même emplacement que ou je l’ai perdu, le va et vient des vagues le retenant et l’empêchant de partir vers le large ou de finir sur la plage.

Un peu septique je prends la tête à José et enfin il se décide à partir à la recherche de mon bien je prie pour qu’il ne se fasse pas trop malmener quand soudain je le vois ressortir de l’eau tenant mon masque à la main. GEANT…

Le jour suivant nous partons explorer une plage en compagnie d’un garde qui nous guide dans 1m d’eau nous montrant tortues, raies, requins et poissons multicolores.

Plongée à Fernando baptême pour Tam

Courageuse la mimi, joli baptême et excellent encadrement, pour nous plongées décevantes, Noronha étant une réserve, nous pensions voir plus de variétés et de vie sous l’eau.

  Fernando de Noronha - album  Fernando de Noronha - arrivée Vidéo -Arrivée à Fernando  Fernando de Noronha - Plages Vidéo -Fernando de Noronha - plages

Joao Pessoa - janv 2010

Joao Pessoa

22 janvier 2010

Nous quittons après 6 semaines le Terminal Nautico de Salvador. Un dernier coup d’œil sur la Baia de todos os Santos nous revoilà dans l’océan

 

 22 au 25 janvier 2010

Nous reprenons le rythme, quarts, grains, calme plat. Nous remontons le chenal d’entrée de Joao Pessoa et arrivons au mouillage de Jacaré à minuit.

Tamara vient nous rejoindre le 27 janvier,nous nous réjouissons de faire le voyage vers l’Archipel de Fernando en sa compagnie.

La marina de Jacaré est très agréable, nous reposons nos oreilles du brouhaha constant de Salvador et profitons pleinement de la tranquillité du coin.

27 Janvier 3h du mat

Après plusieurs coups de fil d’une Tam paniquée, son vol pour Joao Pessoa depuis Recife à été annulé, elle a du faire 300km en taxi avec un chauffeur peu commode, ne connaissant pas la région et voulant se défaire à la première marina de son encombrant chargement … Nous la retrouvons avec sa valise (rose) en bout de ponton sous bonne garde d’un vigil. Les retrouvailles sont émouvantes une grande affection nous unit. Une caipi de bienvenue et au lit.

Nous déambulons dans Jacaré et prenons le bus pour faire un avitaillement sérieux.

Soirée danse : cours de samba, vu la difficulté …nous n’insisterons pas…

Joao Pessoa fiestaNous partons au matin pour L’île areina vermelha, nous encanailler à la façon brésilienne, bateaux locaux plats pourvus de parasols et de chaises, la cuisine sous forme de buffets est faite à bord nous sommes reçus avec un impressionnant choix de fruits et à 10h du mat l’on nous tend nôtre première caipi !!!!! Que l’on ne refuse pas bien sûr, cela va durer des heures baignades, bouffe, caipisssssssssssssssss

 

Au coucher du soleil et comme le veux la tradition à Jacaré, le bateau s’approche des rives, sur une barque un saxophoniste joue inlassablement tout les soirs pour des centaines de touristes, le boléro de Ravel, peut –être certaines notes n’étaient elles pas très justes mais la cachaça aidant l’instant nous a paru magique.

Pour la petite histoire il semblerait qu’un navigateur hollandais écoutait ce morceau à tous les couchers de soleils, lors de son départ il a offert le disque au gens du coin qui ont en live perpétué le rituel …

Nous prenons le train pour Joao Pessoa, Tam et moi sommes les seules touristes tout le monde nous observe, nous le leur rendons bien et sommes prises de plusieurs embarrassants fou rire, un jeune gars s’approche et nous conseille d’être très prudentes et de tenir nos sacs serrés. José au secours ! La visite de la vile se passe bien dans une ambience relax, au retour dans la nuit nous faisons tout ce qu’il est conseillé de ne pas faire. Prendre un bus local qui nous laisse au bord d’une sombre route, et monter dans une voiture au chauffeur, particulièrement aviné qui pour 2 reails nous dépose devant le bar de la marina ou un Jos soulagé nous attends.

 Joao Pessoa- album

Rio Paraguacu - janv 2010

Rio Paraguacu

 16 Janvier 2010

Nous quittons la marina pour aller découvrir la baie de Salvador, protégée par une barrière de récifs. Fortes de ces 56 îles le terrain de jeu est grand. Les eaux  saumâtres doivent leur couleurs aux nombreux fleuves et rivières qui si jettent.

Nous remontons le Rio Paraguacu de nombreux bancs de sables instables dû aux courants ne facilitent pas la navigation l’endroit peu ou pas cartographié impose une grande prudence, nous croisons plusieurs saveiros (chalands  typique) aux voiles colorées

Les berges du Rio sont parsemées d’anciens monastère et églises, ces édifices baroques et non restaurés offrent dans ce décor une vision d’un autre âge, nous adorons.

Nous jetons l’ancre au mouillage de Monte Cristo don nous ne partirons qu’à regrets , nous avons pour seule compagnie hérons blancs ,bleus, noirs, cendrés, et de magnifiques et insaisissables ibis rouges.

En annexe nous explorons quelques recoins et nous sentons privilégiés tant le lieu et calme, serein, vide de toute présence humaine.

Nous quittons ce coin de paradis, une grande fête nous attend.

  Salvador  Rio Paraguacu      Ibis sur le Paraguacu Photos Francoise     2010 Salvador Rio Paraguacu  Vidéo Salvador Rio Paraguacu

 

 

Fête du Bonfim à Salvador de Bahia - jan 2010

       Fête et procession de Nuestro Senhor de Bonfim à Salvador

  

  

14 janvier 2010

D’origine afro –brésilienne et n’ayant pas reçu l’approbation du clergé la procession est la manifestation la plus importante de Bahia, des femmes aux bouffants jupons blancs portant des vases sur leur têtes envahissent les lieux le trajet long d’environ 9km assourdissant et arrosé ne nous à pas tentés. Il fait vraiment trop chaud.

 

 

 Salvador Fiesta

Morro de Sao Paolo - Janv 2010

 Morro de Sao Paolo

     

 

 

 

3 janvier 2010

Salvador nous étouffe, la chaleur y est accablante, la ville est bruyante humide, puante malgré sa beauté.

Nous partons avec X-trem  et Harmonie à Morro de Sao Paolo, Nanou et Claude nous y attendent. Après 40 miles nous  nous baignons  dans des eaux à peu prés claires et  enduisons d’argile nôtre peau sollicitée par de nombreuses heures de navigation et d’exposition solaires qui  devient toute douce.

Cairu Gamboa et Galeao Nous laisserons un excellent souvenir loin de la masse touristique ces îles  à la douceur langoureuse, ces habitants sympathiques et leurs beaux mouillages sont à recommander.

Au mouillage nous dégustons une excellente fondue chez nos amis d' X-Trem

  Moro de Sao Paulo Salvador 

  

10 janvier 2010

  le rallye change d’allure et se scinde en deux nous disons au revoir aux bateaux en partance pour le sud, bonne nav à tous et un gros bisous à vous sur Auhema , vous nous manquerez .

 

 

 

 

Nouvel-An à Salvador de Bahia

Nouvel-An à Salvador de Bahia

31 décembre 2009

    Nouvel-An, tous de blancs vêtus et après plusieurs caipi !!! Nous partons en compagnie de plusieurs potes du rallye à Barra au NoaNoa

Musique à fond caipi coulant à flots des milliers de personnes sont au rendez-vous l’ambiance est bon enfant, sécurité oblige militaires et policiers armés veillent.

 

                      BONNE ANNEE A VOUS TOUS 

 

1ér janvier 2010

C’est fou cette cachaca , dangereux , sournois, même pas mal à la tête !!!!

  Salvador nouvel an  

Escapade et Noel à Rio de Janeiro

Escapade et Noel à Rio de Janeiro

 

 Rio ville des Cariocas et sa foret tropicale urbaine (la plus grande du monde )  surnommée la cidade maravilhosa  , nous déposons nos bagages à l’hôtel et partons nous promener à Copacabana la mythique  ,la plage en demi lune  est splendide mais un peu décevante  , les grands buildings , restaurants touristique et boutiques de souvenirs gâchent  le paysage , mais la première impression est saisissante , la baie et la vue sur le pain de sucre valent le coup d’œil .Le soleil cogne fort , nous décidons de stopper la ballade pour privilégier une bonne bière fraiche .

Ipanema la plage ou il faut être vu … rencontre avec de sympathiques vendeurs ambulants qui proposent des marchandises originales. Et, 1ére caipi de  la journée.

http://www.youtube.com/watch?v=yzQmn1YlJ64

Que serait cette ville sans le Christ Rédempteur ( Corcovado ) un funiculaire nous conduit jusqu’au sommet  (704 m ) nous traversons la forêt tropicale de Tijuca ,qui s’avance presque jusqu’au centre de Rio ,des arbres aux essences rares croulent sous les fruits tropicaux , orchidées et lianes peaufinent le décor ,dans ce jeu d’ombres et de lumières ,nous avançons dans la brume , superbe .   

http://www.lemonde.fr/voyage/article/2010/08/12/bresil-le-corcovado-de-rio-roi-des-pics_1398040_3546.html

Nous aurons de la chance à 15 minutes près, la tête dans une mer de nuages nous n’aurions vu que du blanc.

Pain de Sucre l’autre symbole de Rio est époustouflant, ce bloc de granit avec ses vias feratas, sa végétation et  panorama est  un  site touristique incontournable.

Nous décidons de ne pas aller à Rocinha, la plus grande favela d’Amérique du Sud,

Nous ne voulons pas nous instaurer en voyeurs et plusieurs rencontres avec des policiers en gilets pares balles et  armés jusqu’aux dents de canons sciés, nous retiennent d’aller déambuler dans ces lieux réputés chauds !

  Rio de Janeiro   2010 Rio balade  Vidéo Rio balade      2010 Rio Eglise  Vidéo Rio Eglise

 

23 décembre 2009

 Nous fêtons noël avec un peu d’avance nous découvrons ce que le mot churasqueria signifie au Brésil , pour un forfait de X des serveurs armés de longs sabres garnis de viandes diverses passent inlassablement entre les tables , les garnitures de légumes défilent nos estomacs ne seront pas assez grands pour pouvoir gouter à tout , le « o Carretao « est un endroit à recommander nous en sortirons repus et pleinement satisfaits  par ce délicieux repas

24 décembre 2009

Repas du réveillon de noël en chambre sans chichis ,bougies et cadeaux simplement en bonne compagnie et avec du bon vin !

26 décembre 2009 

Le retour à Bahia et synonyme du départ de nos amis, José et Romain se mettent en route pour trouver une solution au frigo , Brigitte et moi allons arpenter  le  mercado modelo  avec son artisanat et ses 263  boutiques .   

29 décembre 2009

Dernière caipirinha . A trois heure du matin la gorge serrée nous accompagnons nos amis au taxi qui les emmènera à l’aéroport .

A bientôt nos frères de mer quelle expérience unique avons-nous eu la chance de partager, quel bonheur ces jours de traversée si paisibles quel grand moment d’amitié .

A bientôt , septembre-Alicante , octobre –Pully , février 2011 –îles Vierges .

Salvador de Bahia - La Baie de tous les saints

 Salvador de Bahia – La Baie de tous les saints 

 

   17 décembre 2009

1ére nuit au ponton après nos 2 semaines de transat, nos émergeons au matin moyennement reposé, pas un souffle d’air, il fait chaud et moite, l’odeur et le bruit de la ville nous surprennent, tout était si calme.

Il est temps pour nous de refaire les provisions de frais nous rêvons de fruits et légumes , nous allons nous mettre directement dans le bain et décidons d’aller au mercado  de Sao Joaquim le plus grand marché de Bahia après environ 40 minutes de marche inintéressante le long d’une grande artère bordée d’entrepôts qui semblent  à l’abandon nous arrivons devant des étals surchargés de   mangues , papayes, ananas, maracujas, jacas, azeroles etc. Nos paniers débordent  de  beaux fruits et légumes, nous nous enfonçons dans les allées et arrivons dans le secteur viande…les lambeaux de viande puante, tripes, têtes, pieds. Nous serons incapables d’identifier certaines bêtes, proposées à la vente. Des hommes transportent des chèvres hurlantes et ficelées dans des brouettes, coqs, poules canards tous ces animaux vivants attendent un acheteur .Nous ouvrons des yeux ronds comme des billes  nous avançons rapidement sans respirer, passé le choc visuel et olfactif, quelle  magnifique découverte !!! Nous deviendrons pendant nôtre séjour de 6 semaines à Salvador   de fidèles clients des lieux.

Découverte de la ville

Nous montons avec l’ascenseur Lacerda au Pelourinho (ville Haute) «  petit pilori « c’est ici que les esclaves étaient punis, le quartier est inscrit à l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, l’endroit est superbe, ruelles pavées bordées de maisons aux couleurs pastels débouchant sur des places toutes plus belles les unes que les autres, églises baroques rococos dont l’intérieur croule sous des dorures et des bois aux essences rares ouvragés. Nous marchons dans une rue d’où monte le son puissant  des percussions du célèbre groupe Olodum , rythmes du candomblé de la macumba.  La culture africaine fait partie de la ville,  Salvador à été la plaque tournante de l’esclavage tout est d’influence africaine cuisine, musique, rites vaudou et religieux.

Nous reviendrons très souvent y flâner, découvrir des contrastes étonnants, manger une excellente glace aux arômes inconnus pour nos papilles du célèbre glacier ?????Déguster encore et encore une rafraichissante caïpirinha, admirer la superbe vue de la baie de tous les saints. L’endroit est si beau que nous en oublierons presque son lot de favelas et ses misères, ses chicos errant aux pieds nus et regards vagues tous abrutis par je ne sais quelle substance.

   Salvador                   		YouTube 				- 2010-janv-Salvador-pelurinhio.avi 	  vidéo Salvador Pelurinho

Transatlantique - déc 2009

    LA TRANSAT - du 2 au 16 déc 2009

 

1ere nuit de veille les quarts sont organisés en tranche de 3 heures .

1er  quart  21h00 à 0h00 (Brigitte et moi )

2ème quart  0h00 3h00 (Romain )

3ème quart 3h00 6h00 ( José )

4ème  quart  6h00 9h00 (Brigitte et moi )

Puis une rotation est prévue pour les nuits suivantes .

 

3 décembre

Les milles défilent nous trouvons peu à peu nôtre rythme de croisière , chacun vague à ses occupations et le temps passe bien vite , le spi est à poste depuis quelques heures et nous avançons à 9,5 nœuds au milieu de l'après midi nous sautons dans une vague ce qui à pour effet de déventer le spi et il explose , Nous sommes déçus , fâchés cette voile d'importance majeure par vent faible  va terriblement nous manquer et nous faire perdre pas mal de vitesse ce qui implique une traversée plus longue  , nous ferons sans et décidons d'ouvrir une bouteille de « chez nous «  et voilà que le frigo qui donnait quelques signes de faiblesse surchauffe sans l'entamer nous rangeons la bouteille de St Saph  , les hommes démontent la pompe , la remontent , la redémontent , sans succès, pour couronner le tout  la bouteille se vide complètement , nous sommes quelque peu exaspérés par la tournure des événements  , mais rebondissons assez vite en ouvrant sa jumelle en  rouge ,puis une autre ..... 

21h00 début des  ¼      (frigo toujours out , ça fait beaucoup pour la même journée) 

4 décembre

Frigo 2ème  épisode les hommes sont tenaces ils recommencent le manège de visser, devisser la pompe souffler dedans, cela dure la journée !!! Leur donnant espoir le frigo s'amorce à nouveau, mais il chauffe plus qu'il ne refroidit ...........

La mer et les nuits sont belles et sereines, un gros poisson volant s'échoue dans le cockpit, nous le remettons à l'eau d'autres n'auront pas cette chance, emportés par la houle  ils atterrissent de nuit sur le pont et sont piégés dans les glissières, nous les retrouvons à l'aube, triste récolte.

21h00 début des ¼  (frigo toujours HS )

 

5 décembre

Frigo 3ème  épisode cette fois ils sortent les grands moyens à l'aide d'un bloc de plongée ils mettent un bon coup d'air comprimé dans le tuyau d'arrivée d'eau, mais rien à faire, alors pour varier un peu ils redémontent la pompe !!!

L'ambiance sur le bateau est sereine nous nous sentons bien, apaisés, tranquilles nos pensées glissent au fil de l'eau, moral au beau fixe et heureux de pouvoir partager à quatre ces grands moments.

1er pain de la traversée les cours perso de Patrick du catamaran «  MahéSadry «  boulanger de profession portent leurs fruits, au sortir du four le pain doré, gonflé, aéré à souhait embaume le carré .Rapidement José en réclame un bout et Romain y rajoute du chocolat. De vrais enfants gâtés ces deux.

2009-déc-Transat-pain     Video: 2009-déc-Transat-pain

1er thon, pas très grand (pardon) mais nous régale d'un succulent carpaccio.

1er oiseau à bord style hirondelle (que fait' il seul si loin des côtes ?) Passe la nuit avec nous dans le cockpit, à l'aube après un gazouillis  un coup d'aile et il s'envole il reviendra plus tard se poser une paire d'heure sur le moteur de l'annexe, une sterne se pose sur le pont, sentent' ils avant nous que l'on s'approche de la ZIC ???

  

21h00 début des ¼  (frigo toujours nase)

 

6 décembre

Frigo 4ème épisode et...FIN. C'est reparti pour un tour cette fois ils s'attaquent au régulateur du compresseur qu'ils finissent par griller, ça sent le cramé dans tout le bateau.

Les alizés peu à peu nous lâchent, nous entrons dans la ZIC grosses averses, nuages noirs inquiétants, calme plat, fini la tranquillité, moteur oblige.

                             Grains sur le radar 

Contact VHF avec X-TRÈME, à leur tour ils viennent d'exploser leur spi tout neuf confectionné par voiles Gauthier à Morges ils ne sont pas, mais alors pas contents du tout ...Ils ont en plus surfé sur le dos d'une baleine et provoqué de grandes  entailles. De longues traînées de sang  se diluent dans l'océan ils sont malheureux d'en être la cause ,3 bateaux du rallye ferons cette triste expérience, vraiment pas de chance dans l'immensité de l'océan de faire ce genre de rencontres. Les bateaux cette fois ci n'ont pas trop souffert, mais les mammifères ?

Contact avec Sagittaire 47 R.A.S.

Pêche miraculeuse après confection par Rom de plusieurs appâts sur une même ligne, 3 dorades en une prise, pas mal et très bon.

 

21h00  début des  1er ¼   Frigo plus de problèmes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

7 décembre

 pt déj , vaisselle ,et, moment très attendu au quotidien par tous, lecture des E-mails des amis + lecture des news du Rallye + position des bateaux . Nous aimons particulièrement connaître l'avancée des autres et leur positons par rapport à nous , si un bateau est proche , nous scrutons longuement l'horizon pour tenter de l'apercevoir.

Confection d'un pain cette fois avec 1kg de farine il ressortira du four ,parfumé, croustillant , énorme .Les cannes nous avisent à l'unisson d'une prise , Romain et José remontent les lignes avec à leur bout au total  4 coryphènes  . Avec Brigitte nous en perdrons une (la plus grosse ) elle a sauté hors de l'épuisette 

21h00 début des ¼ 

8 décembre

Contact visuel et VHF avec Sagittaire , radio avec X-Trême ,tout va bien à bord .

Au repas de midi tomates et avocats , derniers légumes frais à bord.

16h nous stoppons Jomay et, par 5200 m de fond au milieu de nulle part nous nous baignons , nous ne resterons pas longtemps à faire trempette , nous avons joué à nous faire peur et chaqu'un y est allé de sa petite histoire de requins et autres terrifiantes créatures marines impressionnés et peu rassurés  par les profondeurs de  cet océan bleu outremer, nous rentrons vite nos orteils à bord pour savourer de délicieux pastis et pure malt sur fond de musique , Magique , quel bons moments .

21h00 début des ¼

 Atlantique-Equateur Photos Atlantique     2009-nov-dec-transat1      Video: 2009-nov-dec-transat1

 

9 décembre        Passage de la ligne de l'Equateur.   LATITUDE 0

A 30 milles de la latitude 0 le champagne au frais ,les déguisements prés, et l'âme à la fête ,les yeux rivés à l'écran nous voyons les milles défiler . Contact du Sagittaire qui nous annonce son passage , nous le félicitons comme il se doit . A 13h 54min TU c'est nôtre tour , nous faisons quelques bouffonneries immortalisées par photos et film , champagne , bon repas et bavardages entre amis , instants uniques .

Nous voici dans l'hémisphère sud .

21h00 début des ¼

Atlantique-Equateur  Photos Atlantique - Equateur         2009-déc-Transat-equateur     Video: 2009-déc-Transat-equateur

10  décembre

Petit déj, vacations, dernières news, E-mails, nettoyages (petits ) confection de pain par Rom (excellent ) écriture ,lecture, (peu) (pas le temps dixit Brigitte ) repas et sieste , douche, apéro du soir(moment très attendu par tous ) Repas  autour d'un excellent Beuble qui nous délie la langue.

21h00 début des ¼

 

11 décembre

 

Contact VHF avec Maouli , nous n'entendons pas sa position mauvaise réception

15h15 heure TU  Romain nous annonce 1320 miles parcouru = 2445 km, en sachant que le bateau avance à une moyenne de 6 nœuds par heure =6 milles /h. soit 11km112m   et ceci 24h sur 24 nous ne sommes pas encore arrivés mais le temps passe trop vite et nous sommes loin d'avoir envie de voir terre . Aujourd'hui le vent nous contrarie nous n'arrivons pas à maintenir le cap. Pas de pêche, pas de douche, nous n'avons pu faire du dessal mer trop agitée.

Nous captons Maouli tout va bien pour eux, ils sont 7 miles derrière nous (faites le calcul )

21h00 début des ¼

 

 

12 Décembre

Mer belle toujours pas de pêche, pain maison élaboré par Brige chaque fois meilleur, perdu plusieurs appâts (poulpes cuillers etc..)

Contact VHF Maouli et X-Trême .

21h00 début des ¼

 

Nous prenons le nôtre de 0h00 à 3h00 , le ciel déborde de milliers d'étoiles , nous naviguons sur un océan scintillant de plancton , pendant nos quarts avec Brigitte et suivant nôtre humeur nous refaisons le monde , rêvons , mangeons , mais sommes en vigilance constante ,radar, AIS , ceux-ci nous aident dans nos ¼ , par nuit noire  nous pourrions sauter dans un mur sans nous en apercevoir .

 

 

13 décembre

Journée lessive ,Brige écrit les cartes de vœux de Noël ,étrange impression de constater que nous ne sommes qu'à 11 jours des fêtes je pense au salon , à mon équipe de choc , aux interrogations annuelles  « on fait des déco de noël cette année ? on mets quoi ? Henry tu ne pourrais pas fouiller dans le grand carton à la cave ? non Tam je ne rajouterai pas les étoiles lumineuses autour de la caisse ça fait vraiment pas classe ...non pas de guirlandes clignotantes aux vitrines (trop cheap) il semblerait les amis que cette année profitant que je ne suis plus là  vous ayez fait fort et sorti toute l'artillerie !!!???? Je pense aussi aux bons moments entre amis où réuni autour d'une belle table nous avons partagés tant de choses ,au casse tête des cadeaux et autres menus de fêtes , que sommes nous loin de tout ça .

Rom annonce 1650 milles parcouru=3055.8km Pas de pêche

21h00 début des ¼

 

¼ des filles 3h00- 6h00 nous aimons tous particulièrement ce quart , il nous permet de dormir 6h d'affilée et le soleil se levant tôt sous ces latitudes nous entrons vite dans l'aube .

Nous contemplons le ciel, à nouveau les étoiles filantes laissent de longues traces dans l'infini   un vrai feu d'artifice.

Cette nuit je pense longuement à mon grand-père Pascual  Molina Botella surnommé dans le rude monde des pêcheurs "Pascualet el Verano" natif de l'île de Tabarca et patron de chalutiers , il a écumé la méditerranée , le détroit de Gibraltar et les côtes Africaines jusqu'au jour où la mer lui a pris la vue. Quelles histoires m'aurait' il raconté que je ne connaisse (ce sous-marin anglais qui lui coula son bateau dans le détroit , ses cales débordantes de poisson ,le sauvetage de 3 aviateurs de la Royal Navy lors du crash de leur avion dans l'océan , les tempêtes affrontées vaillamment avec l'équipement d'époque .)  Et quels conseils et expériences  nous aurait' il transmit ? Souvenir d'enfance,  lui dans son lit aveugle et paralysé restant attentif aux moindres bruits dans la maison, moi qui à pas furtifs  l'observais depuis l'embrasure de la porte de sa chambre qui sentait la lavande, mais que je n'osais toute seule franchir . Adios  Buelito hasta siempre .

  

14 décembre

Ce matin avec la complicité d'Eole l'océan se révèle agité, creusé, vêtu d'écume blanche il nous rappelle sa puissance, nous le remercions pour sa clémence durant les 13 jours de traversée et, lui demandons de s'aplanir un peu pour pouvoir  s'il le veut bien  finir en beauté.

Dernier pain de la transat  fait par Rom.

Contact VHF avec Maouli-African SEA Wing - Bambi 2

 21h00  début des ¼

 

 

15  décembre

Journée d'interrogation à 170 miles du Way Point d'arrivée nous hésitons, stratégie, stratégie, si nous continuons à cette allure nous arriverons de nuit à Salvador et, l'endroit étant magique nous souhaitons pouvoir avancer dans la baie de tous les Saints en plein jour . Nous décidons de ne rien changer à nos réglages tout peu encore arriver.

21h00 début des ¼

 

16 décembre

Résumé de la nuit du 15

Monsieur Romain s'ennuyant ferme pendant son quart de 3h00 à 6h00,  a sortit toute la patte, grand-voile, génois + trinquette le vent ayant forci nous avons avancé à grand train, ce qui complique la décision d'une arrivée de jour hypothétique. Les filles finissent de customiser les tee-shirts, les garçons boivent des bières ...

Soudain un cri TERRE  TERRE  nous sortons le grogue du Cap-Vert et trinquons nous sommes heureux,  pour nous tous le moment est grand...

   Salvador de Bahia !!!!

Douche pour tout ce petit monde, rangement du désordre sur et dans le bateau, nous sommes tous prêt à la parade, frais comme des gardons et sentant bon, nul en nous voyant ne  pourrait imaginer que l'on vient de Mindelo .

Pour maintenir la moyenne nous avons mis le moteur, Salvador grandit et la nuit tombe je déteste l'idée d'une arrivée de nuit mais vu comme c'est engagé nous n'y couperons pas.

L'avancée dans la baie n'est pas triste, cargos illuminés, bouées non éclairées ou inexistantes, lumières de la ville tout cela complique nôtre arrivée au ponton du terminal nautico de Bahia

 

20h heure locale, minuit en Suisse  du 16 décembre 2009

 Jomay arrive au ponton accueilli, par les bateaux du rallye qui sont là, Nicolas du RIDS et une superbe mulâtre bahianaise tenant un plateau de fruit frais et la tant désirée caipirinha , tout est sourire, rire , embrassades , accolades , nous sommes tous unanimes , le temps nous à paru trop court, heureux d'être à terre .

Brigitte, Romain, nous sommes pour toujours et à jamais frères de mer. ON L'A FAIT !!!!!    

 

 Remeriements: 

Merci à tout notre "fan club" pour s'être plié en quatre pour nous aider, gérer le côté administratif, nous faire parvenir du materiel, en fabriquer, créant parfois même des  prototypes, etc

Merci également à ceux qui ont transporté le tout, au support logistique qui s'est installé autour de nous, sans vous qui nous facilitez les choses le voyage aurait un autre visage.

Cap Vert - Mindelo - nov 2009

 

  18 nov 2009  CAP-VERT -SAO VICENTE- Marina de Mindelo

Nous arrivons à Mindelo , ville d'origine de Cesaria Evoria  , cette nouvelle  marina finie en 2008 nous offre à nouveau le confort que signifie être au ponton , électricité,eau,douche. Nous renforçons nos amarres, car plusieurs bateaux ont cassé les leurs.

Nous regardons l'arrivée d'autres voiliers, nous reconnaissons un OVNI 455 idem au notre avec un pavillon Suisse au ponton carburant. Nous savons que le bateau du CCS ( Crusing Club Suisse) devrait être dans les parages, nous les appelons et sommes ravis de tomber sur eux. Aude la fille de Claude Groux avec qui José à beaucoup navigué en Bretagne, fait partie du voyage. Nous buvons un verre ensemble et passons un moment très sympa en compagnie de l'équipage , bon vent à vous.

Avitaillement de frais nous sommes mentalement préparé et nous attendons à une vision similaire au marché de Dakar, mais non , le marché au poisson est correct , l'odeur supportable , et les quelques mouches qui tournent autour des quartiers de thons ne  nous effraient plus (comme quoi !!!)  ,la ville est proprette , ses habitants chaleureux . De petites superettes, nous permettent de faire le plein restant , heureusement que les coffres sont remplis depuis les Canaries ,ici la marchandise sur les étals n'est pas très variée mais les yogourts et le beurre longue conservation et  hors de la chaîne du froid nous intéressent , nous nous contenteront de les stocker ,sans lire la liste des composants et autres agents conservateurs .De long en large nous parcourons la ville à la recherche de fruits et légumes , le choix est restreint et de qualité moindre , nous sommes stupéfaits , 1kg de thon =3euros ,1kg de tomates =4,5euros fruits et légumes sont importés de sa voisine Sao Anton la verdoyante  . L'ile de Sao Vicente est aride, il y pleut rarement et la rare eau qui y tombe glisse sur la terre ravinée par L'Armatan vent du désert qui couche les herbes sèches et fait siffler les pierres.

 

SAO ANTON - Cap Vert

Nous partons en ferry pour quelques jours à la découverte de l'île, les  spectaculaires routes de pavés qui serpentent à travers d'infréquentables  montagnes compliquent fortement les communications entre vallées et font d'un trajet de quelques kms toute une expédition.

Divisée climatiquement en 2 zones l'île est superbe, aridité  désertique au sud, verdoyance et luxuriance au nord elle nous offre des paysages plein de contrastes et de grande beauté.

Nous logeons dans une pension familiale perdue au fond d'une vallée ondulante de cannes à sucre en fleurs , la gentillesse et la générosité de nos hôtes nous touche nous découvrons la cuisine traditionnelle Cap-Verdienne , leur gaîté , leur musique et le fameux grogue , eau de vie de canne à sucre ,parfois mélangée à de la mélasse ,citron , lait de coco , (très bon mais dangereux .... !!!!! )

Valle de Paul un des joyaux du Cap-Vert , scénario grandiose entouré d'impressionnantes parois par lesquelles glissent des cascades cristallines.

Falaises volcaniques et sable noir ajouté à la brume, vagues puissantes rompant sur la roche, nous offrent un paysage dramatique.

Manguiers, bananiers, papayers, palmiers dattiers, arbres à pain ces différents arbres et plantes,  nuances multiple  de verts créent des paysages de toute beauté.

 Cap Vert Photos Cap Vert San Anton         2009-nov-dec-cap-vart-san-anton   Video: 2009-nov-dec-cap-vart-san-anton

Retour à Mindelo

Cocktail dînatoire à la marina organisé par la mairie de Mindelo , les lieux qui nous accueillent ne sont pas encore inaugurés , le cadre est très épuré , zen, classe . On s'interroge de savoir quelle clientèle fréquentera ces locaux  une fois les navigateurs ayant pris les alizés.

 

29 Novembre 2009

Brigitte et Romain qui devraient être là sont bloqués à Lisbonne le brouillard sur la ville le matin à empêché les avions d'atterrir, le leur à court de carburant à du se poser à Faro pour refaire le plein, ils ont de ce fait raté leur correspondance.

 

30 Novembre 8h45

Nous sautons dans un alhuger (taxi collectif) pour l'aéroport, ils sont là, chargés à morts. Toutes les valises ont suivis, nous sommes très heureux de les retrouver, le projet qui nous rallie depuis des mois va enfin naître dans 2 jours.

Arrivée de nos cops à la marina, l'accueil est sympa. Premier apéro chez nos potes d'X-TREME , et son capitaine Rémy , nous avons sympathisé avec l'équipage , repas en commun apéros et séjour sur Sao-Anton ont resserrés les liens, c'est toujours avec grand plaisir que nous partageons un moment en leur compagnie .

1er Décembre

Avec Brigitte nous faisons les dernières courses , à la boucherie filets mignons de porcs , (rien d'autre ne nous inspire ) le plot de boucher et crépis de sang , les catelles sont constellées d'éclats d'os collés et d'autres bouts de viande , des coulures de sang séchés rompent l'uniformité du mur beige , je m'amuse de voir sa tête et souris d'entendre ses commentaires, nos passages dans les différents marchés de nôtre voyage m'ont endurci et je peux parcourir a présent les étals sans risques de vomir ...La suite ne seras pas triste non plus .Dans le labyrinthe de ruelles dans lesquelles nous nous perdons , se tiennent  des marchandes ambulantes , fruits ,légumes, œufs, poissons les bassines crasseuses ,collantes où repose leur marchandise n'incitent guère aux achats,  sur des cartons imbibés d'une substance sanguinolente, couverts de mouches   d'énormes quartiers de thons débordent , des chiffons aux couleurs improbables servent à essuyer le poisson ,les mains,  et reposent au sol , mis à part des salades nous n'achèteront rien d'autre ..........

Une visite au marché aux poissons est tout aussi éprouvante pour ma petite camarade , chiens galeux et chats maigres tout ce petit monde se promène tranquillement entre les jambes des marchands , Brigitte nauséeuse sent son estomac , nous achetons 3kg d'un magnifique thon qui se révélera succulent . De retour à la marina elle me confie que seule elle serait rentrée avec ses paniers vides.

Nous continuerons nos courses l'après-midi œufs, coca, bière, bte de gaz etc. Nos hommes finissent la préparation du bateau plein en gasoil, eau .

1er  décembre

Nous aidons les bateaux du 1er et 2eme groupes à larguer les amarres , embrassades , des à bientôt à Salvador les amis , soyez prudents , que l'océan soit clément avec vous ! Grand moment d'émotion , les yeux sont pour certains bien brillants , coups de corne de brume sifflets ,applaudissements et grands cris dédramatisent le moment. Romain piaffe d'impatience en voyant les bateaux s'éloigner, calme Rom plus que quelques heures nôtre tour viendras demain. 

2 décembre 7h

Petit déj , nettoyage à grandes eaux de Jomay rangement intérieur , cales livres ,cales vaisselles, contrôle de toutes les armoires  le bateau est prêt à naviguer. Romain démarre le moteur , j'enclenche le propulseur d'étrave ,nous larguons pendilles et amarres le reste de la flotte vient nous dire au revoir, sortie du port en fanfare.

Mise en place rapide des voiles, après les eaux calmes de la marina nous sommes vite rappelé à l'ordre ,25-35-42 nœuds , les effets venturi au Cap-Vert sont spectaculaires pour s'amarriner c'est corsé ,ce n'est qu'après avoir laissé l'archipel derriére nous que nous retrouverons une allure plus confortable.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site