Google Yahoo

Les Gambier

 

                         dsc04466.jpgdsc06069.jpgdsc06066.jpgdsc04292.jpg

                         dsc04321.jpgdsc04287.jpgdsc04337.jpgdsc04289.jpg

Nos divers compagnons de routes donnant de nos voyages la version détaillée sur le blog, nous parlerons dans les grandes lignes de nos prochaines escales.

 La Transpacifique

Le Pacifique, quel océan...

Avant cette traversée j'ai lu des tonnes de livres de revues de blogs de navigateurs, de guides, bref, j'ai essayé de m'imbiber au maximum des informations à disposition pour faire de notre traversée une aventure aussi belle et sécurisée que possible.

La latitude idéale, la position de la ZCPS, les zones à éviter car vents et grains tournants, les charts, etc....sont des paramètres à tenir en compte mais qui sont toujours sorti de statistiques, d’expériences vécues, ce que nous constatons c'est que chaque traversée est différente, et c'est pour cela que ça reste NOTRE TRAVERSEE DU PACIFIQUE.

Nous avons vécu des moments forts, des calmes impressionnants, des vents venus de nul part, des houles se battant avec la mer du vent quand elles ne se croisent pas. Bien souvent j'ai pu lire que cela ressemble à une machine à laver, n'ayant jamais fait l'essai de rentrer dans une telle machine c'était difficile de bien se l'imaginer, une fois vécu, c'est différent, nous comprenons bien ce que le linge doit subir.......

Lorsque les éléments décident de nous envoyer des houles croisées NE et S, d'une amplitude d' env 3 à 4m, un vent de 25nd E, et bien sûr une mer du vent qui se forme par dessus tout ça, et bien le bateau c'est une chaussette dans notre fameuse machine à laver......lorsque en pleine nuit le bateau file à 8-9 nd et qu'une vague croisée vient s'écraser contre le flanc, on a vraiment l'impression qu'il se tord et que nous faisons un bon latéral dans une détonation impressionnante, nous étions rassuré par la capacité de notre bateau à absorber tous ces coups de butoirs.

Ce qui est caractéristique également c'est la versatilité du temps et des vents, nous n'avons pas été épargné par les grains, malgré que nous ayons plongé au sud pour échapper le plus vite possible à la ZCPS, mais je pense quelle nous poursuivait..

Nos amis de Chamalou,suivant la même route 2 jours après nous, avec qui nous étions en contact par Mail, n'ont eu qu'un tout petit grain sur la traversée, allez comprendre........

Le pacifique à un paramètre supplémentaire par rapport aux autres plans d'eaux déjà traversés, c'est la houle, en atlantique si nous avons un vent de 20nd de face nous pouvons envisager de marcher au moteur et voile en avançant quand même, dans le pacifique, si en plus vous avez la houle à contre c'est tout simplement inutile....

Cette immensité est impressionnante, la houle majestueuse, chaque nuit, lorsque les nuages le veulent bien le ciel s’éclaire de mille feux, le plancton fluorescent formant une traînée lumineuse derrière le bateau, les poissons et les calamars sur le pont au matin, cette impression de plénitude de se retrouver au milieu de rien mais au centre de tout, entouré de personnes qu'on aime, ces situations souvent lues dans les livres sont maintenant vécues, et resterons à jamais dans nos mémoires.    

Blog de Cosimo,     LA TRANSPACIFIQUE              dsc06071.jpg   Vidéo transpacifique


dsc04419.jpgdsc04418.jpg

Les Gambier

Dernière nuit, la traversée du Pacifique, un moment fort, unique 21 jours, avec ou sans vent, soleil et pluie, étoiles, lune ou grains menaçants, poissons accrochés à nos leurres ou…plus de leurres, les quarts, le rituel de l’apéro, Cosimo, les rires, l’amitié, l’émotion, quel grand et savoureux cocktail !!!

 Nous profitons des derniers jours de vacances de Cosimo, en partant à la découverte de l’île,

Faisons connaissance des fonds sous- marin du mouillage de Totegegie et fausse passe superbe snorkeling, requins de récif, pointes blanches, dormeurs, grosses loches, mérous débonnaires, myriade de poissons multicolore, peu de variétés de coraux mais en excellent état. Visitons une ferme perlière, nous étonnons de la difficulté à trouver des légumes, découvrons les excellents pamplemousses des Gambiers, inutile de dire que faute à rien d’autre nous en ferons une cure.

En annexe nous accompagnons nôtre ami à l’aéroport, nous sommes vraiment dans un autre monde, le paysage est magnifique, la beauté

dsc06224.jpg

 et les couleurs de l’eau, ne nous font pas oublier que nous ne le reverrons plus avant longtemps. Adieu l’ami tu laisses un grand vide dans nos cœurs.

dsc06104.jpgMouillage de Rikitea Ile de Mangaréva (Gambier) , nous en confirmons la mauvaise tenue, les bateaux dérapent dés que le vent monte à 30 nœuds, cela bien sûr arrive toujours de nuit, amplifiant ainsi le côté stressant de la situation.

Nuit chaotique pour nous, nôtre chaîne dû à la rouille est un paquet de nœuds, nous dsc06233.jpgne pouvons en larguer que 45m , par 15m de fond et le vent monte à 38n , nous passons une partie de la nuit à tourner en rond, mouiller, déraper, relever l’ancre.

Nous mouillons à nouveau, José tiens le bateau au moteur jusqu’au lever du jour ou nous allons nous mettre à quai .Nous expliquons nôtre cas aux autorités qui acceptent que nous squattions le lieu jusqu’à la venue du Taporo cargo ravitailleur dont personne ne connaît la date exacte d’arrivée !!!

dsc06223.jpg

Avec l’aide d’Hubert nous décidons de sortir toute la chaîne, pendant 3 jours nous martelons sans fin chaque maillon des 80 mètres, un travail de forçat, les barbaresques…

 

dsc06232.jpg


 

dsc04451.jpg

Les deux cargos ravitailleur sont attendus comme le messie, on nous promet des fruits et légumes pour vendredi ? jeudi ? ou peut-être mardi ??? Les quelques épiceries du village regorgent d’étalages….VIDES ???? Plus de frais, zéro choux, zéro carottes, ne parlons pas de tomates courgettes et autres aubergines, voici une semaine que nous courrons après des patates, il n’y en a plus ou c’est ce qu’ils disent pourtant cet aliment à une bonne conservation, nous nous interrogeons sur leur organisation concernant les commandes, il nous semble que tout est compté à l’oignon prés.

dsc06106.jpgVoici donc venir le fameux Taporo, il n’a pas sa plus belle robe, ses couleurs se sont délavées dans les eaux aigues marines des lagons des Tuamotu, ses flancs sont bosselés, il pue un peu aussi, mais quel amour les Mangareviens lui manifestent.

Grande effervescence à quai, toutes sortes de marchandises sont étalées au soleil, ciment, briques, matelas, frigidaires, boissons nourriture diesel et essence bien sûr.

14h, épicerie du chinois, enfin des carottes des choux, toujours pas de p-d-t

dsc04462.jpg14h15 épicerie-boulangerie du très sympathique postier…à droite plusieurs sacs de 50kg de magnifiques patates, je demande un sachet un couteau pour ouvrir un sac, on m’informe de prendre celles qui sont sur une étagère, ces vieilles patates germées et rabougries que nous ne méritions pas hier ils veulent nous les refiler aujourd’hui, Je prends un ciseau sur le comptoir, ignore les commentaires de la vendeuse et rempli un sachet de belles p-d-t. Non mais…

Les commerçants de Rikitea sont peu avenants, pourtant les navigateurs sont de bons clients, à contrario nous rencontrons parmi la population des gens charmants, généreux, nous invitant à cueillir dans leur jardin citrons et pamplemousses dont les arbres regorgent.

Nous confirmons les prix sont très élevés au Gambier

Quelques exemples (prix approximatifs)

            RIKITEA                                                                     PANAMA

1,5l de Coca 585 FP (6.31 $US)                                                   2 $ US

12 oeufs 480 (5.18 $US)                                                          1,5 à 2,5

1kg de choux 500 (5.39 $US)                                                        0,50

1 canette de biére 267 (2.88 $US)                                              dés 0,40

1kg de carottes 400 (4.31 $US)                                                     0,3

Les produits de bases riz, farine, sucre, pâtes, huile, beurre, viande sont bon marché (prix bloqués)

A refaire, nous achèterions plus de vin, bières alcools fort, le prix d’une bouteille de rouge ici dépasse l’entendement.

dsc06112.jpgLes lessives peuvent être faites chez Fritz (ancien légionnaire personnage fort en gueule valant le détour)

Nous finissons de ripoliner Jomay, les bières sont au frais, les cales pleines, et de quoi étancher nôtre soif de vin pour un moment, les Pannatier arrivent demain, un grand challenge se présente à nous, 10 mois de cohabitation, qu’en retiendrons nous ?

Nous sommes toujours à quai, cela facilite le transport des lourds bagages jusqu’au bateau, ouvertures des valises, tel un chapeau de magicien ils en sortent fromage, viande séchée, salade, carotte et plein de bonnes choses, merci, merci les amis.

 

Je passe la plume à Brigitte pour la suite du séjour au Gambier.    Blog de Brigitte et Romain

 

  dsc06104.jpg Photos Gambier 1   p1000244.jpg Gambier 2    dsc04419.jpg Video Gambier


dsc04427.jpgdsc04444.jpgdsc04428.jpgdsc04450.jpg

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site